La modélisation

Bonjour !

Nous allons aujourd’hui aborder l’origine même de la PNL : la modélisation.

Il s’agit de l’analyse des processus mentaux en œuvre dans une situation. Il n’y a pas en soi de processus bon ou mauvais, il n’y a que des processus adaptés au contexte ou non.
Par exemple : Vous êtes musicien, vous connaissez parfaitement une œuvre et vous la maîtrisez totalement. Tout se passe très bien à la maison, et pourtant, dès qu’une personne vous écoute, vous devenez nerveux et vous n’arrivez plus à restituer ce dont vous êtes capable. Ceci est transposable à n’importe quelle autre performance d’ailleurs… Pourtant, il s’agit bien en pratique de jouer de votre instrument dans les deux cas, non ? Certes, l’enjeu n’est pas le même et c’est ce qui perturbe votre processus. Pour quelle raison ? La présence de l’autre fait que vous mettez en jeu d’autres métaprogrammes qui, même si ils sont à priori pour vous les meilleurs à ce moment-là, peuvent, et c’est le cas ici, vous priver l’accès à ceux qui sont efficaces pour jouer de votre instrument dans le contexte « jouer tout seul ». Et manque de chance, ceux qui sont alors actifs sont carrément limitants pour le côté « performance » ! C’est comme si vous ne saviez plus comment faire, les métaprogrammes du contexte « jouer tout seul » ont tout bonnement disparu… La bonne nouvelle, c’est qu’ils sont toujours là, mais inactifs, comme dissimulés derrière l’écran de ceux qui sont cours.
Et la difficulté est souvent qu’on ne sait pas comment faire pour travailler ça car ce n’est qu’en situation qu’on y est confronté ! De quoi devenir chèvre !
Face à ce genre de problème, les personnes mettent souvent en place la méthode de la répétition : multiplier le contexte « difficile » pour faire des réglages, essayer des choses, etc… avec tout de même le risque, si ça se passe mal de renforcer une croyance négative ou porter atteinte à l’estime de soi. Mais avec de la volonté, on finit parfois par y arriver.
En coaching, on va retravailler les croyances (Cf. la publication sur les croyances), la confiance en soi , éventuellement recadrer une expérience malheureuse et d’autres éléments qui peuvent varier au cas par cas, mais aussi travailler sur les métaprogrammes. Ce travail va consister à vous reconnecter à ceux qui ont mystérieusement disparus…
Je ne vais pas vous faire un cours sur les métaprogrammes (c’est assez complexe et serait un peu long ), mais vous pouvez tout à fait identifier quelques éléments significatifs (sortes de « paquets » de métaprogrammes) qui vont vous aider à transférer dans le contexte difficile ceux qui sont aidants. Je vous proposerai donc dès demain un petit exercice très efficace et finalement très simple d’automodélisation . C’est moins détaillé qu’avec un coach qui va « décortiquer » tout en détail mais cela peut déjà être redoutablement efficace !
En attendant, si l’expérience vous intéresse, vous pouvez en profiter pour identifier un contexte dans lequel vous êtes limité ainsi que le contexte ressource que vous allez modéliser.

A demain !

Aucun texte alternatif disponible.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *